Au boulodrome Coeurveillé,
Hiver comme été, les boulistes,
Après avoir bien travaillé
Les vendredis entrent en piste.
Dans leur genre, ils sont des artistes.

Pieds joints dans le cercle tracé,
(Sans pédaler dans la semoule)
Quand le bras s'est bien balancé,
La main laisse partir la boule
Qui, sur le sol, doucement roule.

Yeux rivés sur le cochonnet,
Concentré, le pointeur s'applique.
Alors qu'il semble satisfait,
Le tireur adverse, énergique
Va faire un carreau magnifique.

Ils mesurent, comptent les points.
Puis, vient la fin de la partie.
Mais quelques uns sont mal en point.
Ils iront sans cérémonie
Faire la bise à la Fannie.
 

Pierrette Champon Chirac
 



Il n'y a aucun message pour le moment.

Laisser un message